Ebel

ebel_logo

” Nous ne souhaitions pas juste nous souvenir de nos racines », annonçait le président de Ebel, Thomas van der Kallen, lors de la présentation des nouveaux modèles pour hommes, « nous voulions aller plus loin, en quelque sorte dépasser nos racines. Nous étions redevables à nos clients », explique-t-il, « et qui cherche à vendre un produit technique doit prendre ses clients au sérieux ». Avec une grande simplicité, il évoque les difficultés de Ebel après deux changements de propriétaire successifs et les réorientations qui en découlèrent, avant de revenir sur le droit chemin, autrement dit : en accord avec la tradition et la philosophie de la marque. « Quelques années avant le Groupe Movado (MGI Luxury Group, qui possède aussi la licence horlogère des marques Tommy Hilfiger, Lacoste et Hugo Boss), on a tenté de transformer Ebel en fabricant de montres-bijoux pour dames, afin de mieux l’intégrer au portefeuille du groupe ». Aujourd’hui, il s’agit de retailler certaines branches, avant de reconstituer une nouvelle base pour le développement de la marque. « Même les architectes du temps ont besoin de fondements propres ».

En 2011, la société a lancé son modèle spécial pour fêter son siècle. C’est en effet en 1911 qu’Eugène Blum et sa femme Alice, née Lévy, ont fondé la société « Fabrique Ebel, Blum & Cie » à La Chaux-de-Fonds, en Suisse. Un an plus tard, ils commençaient à commercialiser des montres sous le nom EBEL (construit sur les premières lettres Eugène Blum Et Lévy). Sous la direction de Pierre-Alain Blum, le dernier représentant de la famille, Ebel s’est développé dans les années ’80 en se spécialisant dans le design de montres.

Pour relancer le marché des montres élégantes, la marque lance une collection forte, la « 1911 », tout en revitalisant sa ligne « Classic ». Avec « Brasilia » et« Beluga », Ebel dispose enfin de deux collections pour dames assez intéressantes.

Ebel_pub

Ebel_pub

Site web : http://http://www.ebel.com/fr/

Vidéo :